We call it love…

« Il n’y a que l’impardonnable à pardonner ».

J’ai été touchée par la poésie de cette pièce de théâtre. Vue le 17 mars à Paris.

Puis ces heures en partage avec la troupe de comédiens. Mémorable.

« We call it love ». Texte de Felwine Sarr.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s